jeudi 9 novembre 2017

L'open source pour la confiance des plateformes numériques : encore un effort !

En ligne avec la Concertation nationale sur le numérique qui avait nourri la Loi pour une République Numérique, le Conseil national du numérique a lancé une consultation  intitulée "La confiance à l'ère des plateformes numériques" [1].

Pour adresser la "modération des contenus, les discriminations, la vie privée, la loyauté des relations commerciales [et] la régulation" - institutionnelle, syndicale, associative, citoyenne- ,  deux concertations et deux défis sont proposés.

L'un des défis pose la question : "Comment ouvrir les boîtes noires ?"

L'open source [2] est une piste de réponse bien connue.

Mais il reste encore des efforts à réaliser.

Lors de la Concertation nationale sur le numérique (fin  2014 - début 2015), on pouvait lire sur le site du CNNum que "le code source de l'outil utilisé pour la plateforme [serait] distribué sous licence MIT à l'issue de sa migration vers l'environnement de développement Symfony2".

Pour la présente concertation, il faut lire en bas de page du site la mention "le code de ce site participatif n’est pas en open source. "

Une régression malheureuse, même si, en ligne avec l'objet de la concertation, on peut lire à la suite

"Toutefois, Cap Collectif [le prestataire nldr] s'est engagé auprès du CNNum à permettre un audit du code".



[1] 10 octobre au 17 novembre 2017. Pour contribuer : accès au site "La confiance à l’ère des plateformes numérique"
[2] Le salon Paris Open Source Summit aura lieu les 6 et 7 décembre prochains


Sur X-Propriété-Intellectuelle, un billet sur le consultation "La confiance à l'ère des plateformes numériques" portant sur la loyauté vis-à-vis des sources et une protection contre les fake news.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.