mardi 25 avril 2017

Bouygues Telecom Initiaves

Bouygues Telecom Initiatives : concrétiser l’open-innovation


Faire une place à l’innovation dans une grande entreprise de plusieurs milliers de collaborateurs, avec des structures et des procédures normalement en place, n’est pas nécessairement chose immédiate. C’est la démarche et l’objectif de Bouygues Telecom Initiatives.

Créée en 2009, la filiale de Bouygues Telecom recherche des startups développant des produits ou services que les directions opérationnelles de Bouygues Telecom vont utiliser pour mieux servir leurs clients. Ces services et produits sont dans le domaine proche des métiers de Bouygues Telecom, mais sans exclure des opportunités avec d’autres secteurs qui peuvent être à priori éloignés de ses métiers.

Ainsi, parmi les nombreuses startups rencontrées au fil du temps, une discussion avancée a eu lieu avec une société de livraison express en zone urbaine. Le thème peut sembler éloigné des métiers de Bouygues Telecom, mais un partenariat de ce type aurait servi à assurer par exemple la livraison rapide de mobiles commandés sur Internet : un moyen de relever la compétition avec les offres de livraison en une ou deux heures comme Prime Now d’Amazon.

Le sourcing doit également rester ouvert aux directions fonctionnelles qui deviennent parties prenantes de la transformation de l’entreprise. C’est ainsi qu’un partenariat a été mis en place avec Apitalent, première plateforme collaborative qui apporte de la flexi-sécurité sur le marché du travail, pour la Direction des Ressources Humaines. De même, Agorize, un outil de « crowd sourcing » qui permet à des communautés de participer à des challenges proposés par les entreprises, a fait l’objet d’une prise de participation pour sa capacité à booster l’open-innovation. Agorize travaille désormais avec d’autres métiers du groupe Bouygues, les métiers partageant les succès des projets de collaborations avec les startups.

La richesse et la variété des startups sont une réalité en France. Il faut parvenir à sélectionner sans à priori les pistes de partenariats possibles, en connaissant bien les enjeux des métiers, les collaborateurs moteurs et le fonctionnement de l’entreprise



En ayant une première idée de l’usage potentiel pour Bouygues Telecom, il faut établir le contact avec le ou les bons responsables internes, parfois un chef de produit, parfois un directeur d’activitéUne autre approche consiste à réaliser dans le show-room interne une démonstration plus largement ouverte, ce qui peut s’avérer pertinent pour des startups qui concernent plusieurs directions : une de celles qui avait été identifiées impactait à la fois le marketing, la communication et les réseaux sociaux. Qui peut être alors le pilote interne ?

Dans la très grande majorité des cas pour lesquels un bon contact a lieu, l’étape suivante est un test en grandeur significative : le produit répond-il aux besoins ? Peut-il être intégré aux systèmes de l’entreprise ? Ce point peut très vite être critique dans une entreprise de grande taille comme Bouygues Telecom : une connexion ou une intégration au réseau télécom ou au système d’informations d’une jeune startup en phase d’amorçage ne se fait qu’avec de grandes précautions.
Par exemple, des services offrant aux clients des informations et des fonctionnalités autour des flux vidéo de la box auraient imposé l’intégration dans les plates-formes de production d’équipements spécifiques. Ces équipements sont-ils fiables ? La startup est en phase d’amorçage : que se passe-t-il si un problème intervient ?

Des services très prometteurs, mais nécessitant une intégration trop profonde ont ainsi été refusés. Le service est-il bien accepté par les clients ? Cette étape doit normalement durer quelques mois mais il n’est pas exclu de passer directement à la phase de partenariat avec une mise en oeuvre opérationnelle. ReCommerce a ainsi été intégrée rapidement dès 2010 pour leur offre de reconditionnement de mobiles reconditionnés, permettant aux clients d’avoir des mobiles à prix réduit. Ou, plus récemment, et là sans prise de participation, avec Mobigis, devenue partenaire de Bouygues Telecom pour améliorer l’offre de transport et l’aménagement urbain via des analyses de données.

La prise de participation est en fait la dernière étape du processus de décision dans la chaîne de l’open-innovation suivie par Bouygues Telecom Initiatives qui est également un fonds d’investissement. Cette étape, qui se fait au travers d’un pitch devant un comité d’investissement interne accompagné d’une analyse financière et juridique, n’est pas une finalité d’un partenariat commercial. Elle vise essentiellement à aider les startups retenues qui ont un besoin de financement pour permettre leur développement.

La réussite de l’open-innovation pour Bouygues Telecom Initiatives ? C’est avant tout et d’abord la mise en place d’un partenariat technique et/ou commercial d’une direction opérationnelle de Bouygues Telecom avec une startup pour développer un nouveau service/produit ou améliorer un service/produit existant : le reconditionnement des mobiles avec ReCommerce, un site d’informations pour les jeunes avec Melty, le menu de la BBox Miami avec IfeelSmart, une solution hôtellerie 2.0 pour des touristes connectés par Dringme...



Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom, explique ainsi cette démarche : « Notre but est de valoriser la startup dans l’usage qu’elle nous permet de mettre en avant dans nos propres services… Notre point de départ est simple : il faut admettre que la startup peut vous apprendre des choses que vous ne savez pas, même si vous êtes un grand groupe. »





Pour en savoir plus : www.btinitiatives.fr

Georges PASSET (X77) et Sylvain GOUSSOT (X93)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.