mardi 19 février 2013

Comment assurer une innovation contre la contrefaçon, la concurrence déloyale, le parasitisme et les prédateurs ?

Le 24 janvier dernier, notre camarade Stéphane Gasser lançait dans la communauté polytechnicienne la discussion "Faut-il assurer l'innovation ?"

Tenue sur le groupe LinkedIn Polytechnique Alumni, qui compte plus de 4800 membres, la discussion a fait naître à ce jour 46 échanges [1].

Si certains camarades ont estimé que l'innovation était antinomique de l'assurance, il faut reconnaître que c'est une idée généreuse en phase avec la culture de solidarité qui caractérise la France.

Comme l'a fait remarquer très justement Stéphane, la décision d'investir dans un outil industriel innovant pour un gérant âgé de 50 ans et dont la PME fournit un emploi à 20 pères de famille dans une région française reculée est de nature sensiblement différente de celle que pourraient prendre 4 d'étudiant(e)s de 25 ans diplômé(e)s des meilleures écoles françaises en créant une start-up numérique avec quelques tablettes / mobiles dans une pépinière de la région parisienne.

Pour ma part, je pense que l'entreprise innovante doit faire son affaire de "bien" innover.
Si une entreprise projette d'innover, c'est qu'elle a confiance en ses idées, ses collaborateurs (trices), ses relations etc. pour porter quelque chose de nouveau à ses clients. Sinon, une stratégie de "me too" est toujours possible.

En revanche, quelle entreprise pourrait se montrer assez confiante pour se croire définitivement à l'abri de la contrefaçon, de la concurrence déloyale, du parasitisme et des prédateurs ?

C'est peut-être à cet endroit qu'il faille réfléchir à une "assurance de l'innovation" et dont l'Etat serait partie prenante.

Une discussion a été lancée sur le groupe LinkedIn Polytechnique Alumni : "Assurer l'innovation contre les risques de contrefaçon, de concurrence déloyale, de parasitisme,..."


Tru Dô-Khac

[1] Ceux qui fréquentent les réseaux sociaux professionnels francophones pour "crowdsourcer" mesureront la vitalité de cette discussion.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.